Recette de shiratama avec anko et kinako

Recette de shiratama avec anko et kinako

Recette by comerjapones.com

Shiratama signifie littéralement “boulettes blanches” et sont faites avec de la farine de riz gluant appelée shiratamako. Sa texture et son goût sont à mi-chemin entre les gnocchis et les (mochi 餅) ou gâteaux de riz glutineux.

banner tienda en post

Comme vous avez pu le voir lors de la cérémonie du Taikai Mochitsuki , la méthode traditionnelle de fabrication du mochi consiste à faire bouillir du riz gluant, puis à le piler avec un pilon et un mortier. Toutefois, si l’on veut éviter le travail de pilonnage de la pâte collante, on peut recourir à une autre méthode beaucoup plus facile, qui consiste à utiliser directement la farine de riz glutineux.

La première chose à faire est de prendre un paquet de farine de shiratamako et de le mélanger avec de l’eau. Pour faire environ 30 shiratama, utiliser 100 g de shiratamako et le mélanger avec 90 ml d’eau chaude pour faire la pâte. Il est important de ne pas verser toute l’eau d’un coup, mais de le faire progressivement tout en mélangeant, afin d’obtenir la texture parfaite. Et quelle est la texture parfaite que nous recherchons, me demanderez-vous ? En japonais, il existe une expression très particulière pour désigner ce genre de texture : (mimitabu 耳朶), qui est la texture d’un ” lobe d’oreille “, une pâte avec cette sensation de douceur, d’onctuosité et de malléabilité qui n’est ni trop sèche ni trop aqueuse. Pour remuer et pétrir la pâte, nous utiliserons une spatule en silicone qui ne colle pas.

Ensuite, faites bouillir une casserole avec beaucoup d’eau et faites des petites boules avec la pâte de la taille d’un œuf de caille (ou d’une balle de ping-pong, selon votre gourmandise). Ajoutez les boules de shiratama dans l’eau bouillante et attendez qu’elles cuisent. Et comment saurons-nous qu’elles sont prêtes, demandez-vous ? C’est très facile. Lorsque les boules flottent à la surface, cela signifie qu’elles sont prêtes et peuvent être retirées.

On peut les enrober de farine de soja grillée, en japonais (kinako 黄な粉), dont la traduction est aussi imagée que celle des ” boules blanches “, puisqu’elle signifie littéralement ” farine jaune “. Il a un goût particulier qui rappelle légèrement le maïs grillé et est largement utilisé dans les pâtisseries japonaises. Une autre façon classique de présenter ce dessert est sur une pâte de haricot azuki sucrée (anko あんこ). Cette pâte peut être achetée toute prête ou fabriquée à la maison en faisant bouillir ce type de haricot rouge avec beaucoup de sucre pendant des heures jusqu’à ce qu’il se transforme en une pâte sucrée. La combinaison de la pâte d’anko avec le shiratama est si populaire que ce dessert a son propre nom : (Zensai 善哉), qui signifie aussi “Bien fait !” et peut être fait avec des azuki entiers, avec de la pâte d’anko, avec du shiratama ou avec des blocs de mochi grillé. Quelqu’un sera-t-il prêt à l’essayer chez lui ?